alourdir


alourdir

alourdir [ alurdir ] v. tr. <conjug. : 2>
XIIe; de lourd
1Rendre lourd, plus lourd. charger, surcharger. « Ces grosses poulies [...] alourdissaient beaucoup le gréement » (Loti).
2Par ext. Rendre pesant, moins alerte. « Sa tête alourdie de sommeil » (A. Daudet). appesantir, engourdir. « L'âge commençait de l'alourdir » (Duhamel). Pronom. Sa démarche s'est alourdie.
Donner un caractère pesant, embarrassé. Cette tournure alourdit la phrase.
3 Fig. Augmenter (ce qui pèse). Alourdir les charges.
⊗ CONTR. Alléger.

alourdir verbe transitif Rendre quelque chose lourd ou plus lourd : Alourdir sa valise en la chargeant d'objets inutiles. Motifs qui alourdissent la façade de l'édifice. Rendre quelque chose plus pesant à supporter : Les taxes vont alourdir nos charges de 10 %. Rendre quelqu'un moins alerte : Cette chaleur m'alourdit un peu.alourdir (difficultés) verbe transitif Orthographe Avec un seul l, ainsi que pour alourdissement, contrairement à alléger, allègement. allégeralourdir (synonymes) verbe transitif Rendre quelque chose lourd ou plus lourd
Synonymes :
Contraires :
- alléger
- délester
Rendre quelque chose plus pesant à supporter
Synonymes :
Contraires :
- décharger
Rendre quelqu'un moins alerte
Synonymes :

alourdir
v. tr.
d1./d Rendre plus lourd.
d2./d Fig. L'âge alourdit sa démarche, la rend moins aisée, moins souple. Ce mot alourdit la phrase, la rend maladroite, peu élégante. Syn. embarrasser.
|| v. Pron. Devenir lourd, plus lourd.
Fig. Le silence s'alourdit.

⇒ALOURDIR, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— Sens physique. Rendre lourd, plus lourd :
1. ... l'humidité des murs semblait alourdir ses vêtements, qui devenaient plus pesants à ses épaules.
É. ZOLA, Thérèse Raquin, 1867, p. 82.
B.— P. anal. et au fig.
1. [Le compl. désigne une pers., une partie de son être physique ou moral] Rendre moins alerte, engourdir :
2. Au fond, il était un peu hébété, la fatigue alourdissait ses membres et ses pensées. Il rentra et s'endormit profondément.
É. ZOLA, Thérèse Raquin, 1867 p. 79.
3. Il prit ainsi l'habitude de la brasserie où le coudoiement continu des buveurs met près de vous un public familier et silencieux, où la grasse fumée des pipes endort les inquiétudes, tandis que la bière épaisse alourdit l'esprit et calme le cœur.
G. DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Monsieur Parent, 1886, p. 612.
2. [Le compl. désigne une chose]
a) Rendre oppressant, pénible à supporter physiquement :
4. Un fort parfum d'alcool, de houblon, de tabac et de sueur alourdissait l'atmosphère de l'estaminet.
M. VAN DER MEERSCH, L'Empreinte du dieu, 1936, p. 107.
En partic. [Le compl. désigne un aliment] Rendre lourd, indigeste :
5. Vous ne vous doutez pas combien, dans une existence, privée d'exercice, la santé se débilite surtout lorsque la nourriture est peu succulente, privée de viandes saignantes et alourdie par l'abus des farineux.
J.-K. HUYSMANS, L'Oblat, t. 1, 1903, p. 218.
b) Rendre oppressant, pénible à supporter moralement :
6. L'impatience, l'attente déçue, l'incertitude du désastre alourdissaient l'angoisse. Chacun cherchait à s'aggraver encore l'avenir, et la proximité de la destruction semblait imminente.
Ph.-A.-M. DE VILLIERS DE L'ISLE-ADAM, Contes cruels, Impatience de la foule, 1883, p. 168.
3. [Le compl. désigne une chose appréciée d'un point de vue esthétique] Rendre plein de lourdeur, inélégant :
7. ... lorsque nous le retrouvons vingt ans après, méconnaissable à première vue, il suffit de s'attarder un peu pour suivre en pensée les métamorphoses qui alourdirent ses traits. Le front est devenu immense, au-dessus des yeux qui expriment une infinie tendresse et où l'étonnement de jadis se nuance de mélancolie. L'abus de la bière et du vin ont beau empâter toute la partie inférieure de la face et environner le sourire d'une pesante matière, l'impression générale reste celle d'un homme qu'habite une croyance spirituelle d'une singulière candeur et qui reporte sur le monde visible le rayonnement d'une lumière intérieure. Tout le monde a été touché par l'émouvante beauté des traits de Novalis...
A. BÉGUIN, L'Âme romantique et le rêve, 1939, p. 152.
En partic., dans le domaine de la crit. artistique, musicale et littér. Donner une impression de lourdeur, surcharge :
8. C'est [dans la musique de piano de Fauré] (...) la crainte parnassienne des redoublements qui alourdissent et empâtent, la sobriété dans l'emploi des registres extrêmes.
A. CORTOT, La Musique française de piano, 1re série, 1930, p. 145.
9. Fini la première partie de mon roman. Il y a tant de dialogues que cela ressemble à du théâtre, mais c'est ainsi que le livre s'est présenté à moi. Je ne veux à aucun prix l'alourdir d'explications. La page trop dense m'ennuie. Il faut qu'il y ait de l'air.
J. GREEN, Journal, 1949, p. 251.
[Le compl. désigne une action] Entraver :
10. Ces fidèles de la nouvelle religion s'opposeront à ce que plusieurs mineurs risquent leur vie pour le sauvetage d'un seul mineur enseveli. Car le tas de pierres, alors, est lésé. Ils achèveront le grand blessé, s'il alourdit l'avance d'une armée. Le bien de la communauté, ils l'étudieront dans l'arithmétique — et l'arithmétique les gouvernera.
A. DE SAINT-EXUPÉRY, Pilote de guerre, 1942, p. 381.
II.— Emploi pronom.
A.— Sens plus rare. Devenir lourd :
11. L'oie engraisse et s'alourdit. Au bout d'un mois, elle ne marche plus qu'à peine. Son foie démesurément gros l'encombre. Elle souffle à grand bruit.
J. DE PESQUIDOUX, Chez nous, t. 1, 1921, p. 48.
B.— P. anal. et au fig.
1. [Le suj. désigne une pers. ou l'un des aspects de la pers. humaine] Devenir moins alerte, s'engourdir :
12. ... ma tête épuisée s'alourdissait. Je fis quelques pas et allai m'asseoir devant un secrétaire ouvert, près d'une autre croisée.
A. DE MUSSET, La Confession d'un enfant du siècle, 1836, p. 144.
2. [Le suj. désigne une chose].
a) Devenir oppressant, pénible à supporter physiquement :
13. Tout près, tombés dans leurs propres fils de fer, des Allemands sont couchés, le corps en boule, et l'on dirait les grains d'un funèbre rosaire. (...) Dans l'ombre qui s'alourdit, le petit bleu râle toujours. C'est effrayant ce gamin qui ne veut pas mourir.
R. DORGELÈS, Les Croix de bois, 1919, p. 212.
b) Devenir oppressant, pénible à supporter moralement :
14. Les bruits vagues se mouraient, des larmes étouffées, des jurons perdus; et, dans le silence qui s'alourdissait peu à peu, on entendait venir le sommeil de la faim, l'écrasement des corps jetés en travers des lits, sous les cauchemars des ventres vides.
É. ZOLA, Germinal, 1885, p. 1360.
3. [Le suj. désigne une chose appréciée d'un point de vue esthétique] Devenir plein de lourdeur, inélégant :
15. Écrivez, dès que vous aurez quelques minutes d'affilée, écrivez, ne laissez pas se rouiller, s'alourdir ce joli stylet de poète.
P. LOTI, Journal intime, t. 1, 1878-1881, p. 176.
Prononc. :[], j'alourdis []. Enq. : /, /. Conjug. agir.
Étymol. ET HIST. — 1. XIIe s. d'apr. DAUZAT 1964; 1219 d'apr. BL.-W.5, réf. et sens non précisés, prob. fig., lourd au sens propre n'étant attesté que dep. 1538; 1364 part. passé adjectivé, fig. « étourdi, stupide » (GUILL. DE MACHAULT, Le Voir-dit, 90 ds QUEM. t. 1 1959 : Car j'estoie tous estourdis, Tous pesans et tous alourdis) rare jusqu'à FUR. 1690 qui le qualifie de vieux; Ac. 1694 note : Il n'a guere d'usage qu'au participe; d'usage plus fréq. fin XVIIIe-XIXe s.; 1767 (DIDEROT, Salon de 1767, Lagrenée ds Dict. hist. Ac. fr. t. 3 1888, p. 8 b : il n'en est pas ainsi d'un art où le moindre intervalle mal ménagé fait un trou, où une figure trop éloignée ou trop rapprochée des deux autres allourdit ou rompt une masse); 2. 1831 propre « rendre lourd, pesant » (H. DE BALZAC, La Peau de chagrin, p. 63 : [...] les liens puissants enchaînent les pieds, alourdissent les mains).
Dér. de lourd; préf. a-1; la rareté du mot av. le XVIIe s. s'explique moins par l'existence de alorder (ca 1330 « abuser, tromper », B. DE SEB., XIV, 931, Bocca ds GDF., XVIe s. « étourdir, importuner » ds HUG.) et de eslorder « abêtir » (fin XIIe-début XIIIe s., GERV., Best., Brit. Mus. add. 28 260, f° 99c ds GDF.) que par la vitalité du verbe grever et à un moindre degré des composés agrever et engrever (cf. la même situation des adj. grief et grevos en face de lourd); cf. aussi le verbe lordoiier « être, devenir lourd » XIIIe s. (PÉAN GASTINEAU, Vie de Saint Martin, éd. Söderhjelm, 5944 ds T.-L.).
STAT. — Fréq. abs. litt. :252. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 49, b) 333; XXe s. : a) 452, b) 578.
BBG. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BOISS.8. — CAPUT 1969. — DUP. 1961. — FÉR. 1768.

alourdir [aluʀdiʀ] v. tr.
ÉTYM. Fin XIIe, rare av. XVIIe; concurrencé jusqu'au XVIIe par grever, et par la présence de paronymes (alorder « étourdir », eslorder); de 1. a-, et lourd.
1 (Sujet n. de chose). Rendre (qqch.) lourd, plus lourd. Charger, surcharger. || La pluie avait alourdi son manteau.Les bagages alourdissent la voiture.
1 Ces grosses poulies (…) alourdissaient beaucoup le gréement de la Belle-Rose.
Loti, Mon frère Yves, 80.
Par ext. Rendre pesant, moins alerte. Appesantir. || L'âge alourdit ses pas. || Ce temps m'alourdit. Accabler. || Sa tête, son esprit était alourdi par le sommeil. Engourdir.
2 L'âge commençait de l'alourdir.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, V, 5.
Absolument :
3 Il y a deux expériences, l'une qui alourdit et l'autre qui allège.
Alain, Propos sur le bonheur, p. 83.
Rendre plus massif, plus épais. || L'âge, l'embonpoint qui alourdit sa silhouette.Passif et p. p. || Les traits alourdis par l'âge.
2 Fig. (Sujet n. de personne ou de chose). Rendre plus difficile à supporter. Augmenter, aggraver. || Alourdir les charges, la dette de l'État, les impôts.
Donner un caractère pesant, embarrassé à. || Cette tournure alourdit la phrase.
3 Techn. (sports, etc.). Rendre plus lourd (un terrain). || Les orages ont alourdi la piste.
——————
s'alourdir v. pron.
Devenir lourd, plus lourd. || Ma tête s'alourdit. || Son esprit s'alourdissait. Engourdir (s'), épaissir (s').
4 Selon que l'âme aimante, humble, bonne, sereine,
Aspire à la lumière et tend vers l'idéal,
Ou s'alourdit, immonde, au poids croissant du mal (…)
Hugo, les Contemplations, VI, XXVI.
5 Le silence s'alourdissait, une éternité encore parut se prolonger (…)
Zola, Germinal, t. II, p. 62.
6 (…) la bourse « s'alourdissait » au commencement d'août; on s'estimait heureux d'y soutenir le cours à 61 (…)
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, t. V.
——————
alourdi, ie p. p. adj.
|| Un pas alourdi. || Tête alourdie par le vin. Pesant, appesanti, engourdi.
7 C'était sa tête alourdie de sommeil qui s'appuyait contre moi (…)
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « Étoiles ».
Rendu plus lourd (d'un terrain). || Piste alourdie.
CONTR. Alléger, décharger, soulager.
DÉR. Alourdissant, alourdissement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • alourdir — ALOURDIR.v. a. Rendre lourd, appesantir. Il n est guère d usage qu au participe, ou aux temps formés du participe. Cela m a tout alourdi. Je suis tout alourdi. J ai la tête alourdie. On ne l emploie guère que dans la conversation familière.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • alourdir — Alourdir. v. act. Rendre lourd, appesantir. Il n a guere d usage qu au participe, Cela m a tout alourdi. je suis tout alourdi. j ay la teste toute alourdie …   Dictionnaire de l'Académie française

  • alourdir — (a lour dir) 1°   V. a. Rendre lourd. Cette chaleur m alourdit. L âge alourdit mes pas. 2°   S alourdir, v. réfl. Devenir lourd. Sa tête s alourdissait. HISTORIQUE    XVIe s. •   [On disait alors eslourdir] C est bien raison aussi qu il les… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • alourdir — vt. , appesantir, rendre plus alourdir lourd // pesant : APÈZANTI gv.3 (Albanais), apèzinti (Villards Thônes). A1) s appesantir, s attarder lourdement (sur un sujet), insister longuement (sur des détails) : S APÈZANTI (...) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ALOURDIR — v. a. Rendre lourd, appesantir. Ce temps m alourdit. Cela m a tout alourdi. Les années ont alourdi sa marche. On l emploie aussi avec le pronom personnel. Ma tête s alourdit. Il est familier. ALOURDI, IE. participe, Je suis tout alourdi. J ai la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ALOURDIR — v. tr. Rendre lourd. La pluie alourdit mon manteau. Fig., Ma tête s’alourdit. Les épithètes alourdissent la phrase. Ce temps m’alourdit. Les années ont alourdi sa marche …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • alourdir — фр. [алюрди/р] отяжелить …   Словарь иностранных музыкальных терминов

  • s'alourdir — ● s alourdir verbe pronominal être alourdi verbe passif Devenir ou paraître plus lourd : Taille alourdie …   Encyclopédie Universelle

  • appesantir — [ apəzɑ̃tir ] v. tr. <conjug. : 2> • 1119; de 1. a et pesant 1 ♦ Rare Rendre pesant, plus lourd à porter. ⇒ alourdir. Par ext. « Le doux sommeil n avait pu appesantir ses paupières » (Fénelon). 2 ♦ Rendre moins agile. « ses pas appesantis… …   Encyclopédie Universelle

  • aggraver — [ agrave ] v. tr. <conjug. : 1> • XIVe; « alourdir, fatiguer, surcharger » XIe à XVIIe; lat. aggravare, de gravis → grave 1 ♦ Rendre plus grave, plus condamnable. Il a aggravé son cas. « À quoi bon aggraver notre tort par la haine ? »… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.